Visite de notre Député M. Christophe Premat

wp_20141001_002M. Premat a été élu en 2012 en tant que suppléant de Mme Axelle Lemaire, un ticket paritaire et représentatif de la circonscription : Mme Lemaire installée à Londres et M. Premat à Stockholm. Nommée Secrétaire d’Etat au numérique en mai 2014, Mme Lemaire a laissé son poste à M. Premat, qui a ainsi rejoint les bancs de l’Assemblée Nationale.

Le 1er Octobre dernier, M. Christophe Premat, député des Français établis en Europe du Nord, s’est rendu à Oslo pour rencontrer la communauté Française. Le programme de la journée était chargé : visite du Lycée Français René Cassin, du Consulat, d’UbiFrance, et de l’Institut Français. Dans le but de mieux comprendre le pays dans lequel nous vivons, le Député a pu rencontrer deux élus au Stortinget : Else May Botten (ArbeiderPartiet) et Heikki E. Holmås (Socialistisk Venstreparti). Il a aussi souhaité rencontrer les 3 conseillers consulaires. A cette rencontre, seul M. Mukkaden était présent, Mme Menard et M. Pignatel ayant décliné l’invitation. Ensuite, une réunion publique, organisée par Mlle Maud Pidou, sa collaboratrice parlementaire, et M. Arnaud David, membre de Français du Monde-ADFE Norvège, a eu lieu à l’Institut Français d’Oslo. Une trentaine de compatriotes sont venus à cette réunion pour faire connaissance avec leur député.

A suivi une discussion dont l’intégralité a été retranscrite ici.

M. Stéphane Mukkaden, Conseiller consulaire pour la Norvège et l’Islande, est intervenu 2014-10-01 18.03.19en début de réunion pour faire une brève présentation de notre Député qui a souhaité cette soirée comme un échange et un débat.

La situation est relativement complexe, d’une part du fait du côté totalement nouveau de ce mandat et d’autre part puisque nous connaissons peu notre député. Lui-même est à la recherche de sa circonscription, très hétéroclite, bien que les problématiques soient souvent similaires en Europe du Nord. Ce travail en profondeur, nécessaire pour essayer de mieux connaître ces différentes communautés, est un véritable obstacle, auquel ne sont pas soumis les députés des circonscriptions de la métropole. La représentation politique des Français de l’Etranger est devenue une pierre angulaire, puisqu’il y a plus de 2,5 millions de Français à l’Etranger en mobilité, ou encore en installation sur un projet de vie. C’est une communauté qui intéresse beaucoup et qui est regardée avec une grande curiosité. Cette communauté, grâce aux réformes de la gauche, a désormais une représentation complète au niveau des institutions de la République: Conseillers Consulaires, Conseillers de l’Assemblée des Français de l’étranger, Députés et Sénateurs des Français de l’étranger. La Norvège fait ainsi partie des pays où les Français de l’étranger sont le plus représentés au monde.

L’action du député

Tout député participe à l’élaboration de la Loi. Chaque député est affilié à une commission permanente. Malgré la difficulté pour être nommé dans une commission en rapport avec ses compétences, d’autant plus pour un député arrivé à mi-mandat, M. Premat est parvenu à être nommé à la commission des affaires culturelles et de l’éducation, un de ses domaines de prédilection, et qui a un impact sur la problématique des Français de l’Etranger. M. Prémat fait aussi partie du Conseil d’Administration de l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger (Lycées Français à l’étranger et établissements bilingues). Ainsi, il travaille pour les générations futures des Français de l’Etranger.

Etant installé à Stockholm depuis 2008, Il apporte une sensibilité scandinave à l’Assemblée Nationale, et y introduit une pensée différente et nouvelle avec un angle fort de comparaison. À l’Assemblée Nationale est discuté en ce moment le projet de loi sur la transition énergétique, projet important et très technique demandant beaucoup de changements. M. Premat souhaite apporter son influence à travers les amendements.

À l’Assemblée Nationale, des commissions peuvent être créés à l’initiative de député pour enquêter sur des thématiques particulières. Luc Chatel, ancien ministre et député UMP, a ainsi initié une commission appelée « l’exil des forces vives », que M. Premat a jugé intéressant d’intégrer. Les problématiques de cette commission semblaient orientées principalement autour des jeunes quittant la France pour l’étranger à cause de la fiscalité. Une image dont les Français de l’Etranger souffrent souvent, considérés à tort comme des exilés fiscaux. Si c’est vrai dans certains cas, ce ne sont pas les cas majoritaires. M. Prémat a ainsi joué les trouble-fêtes et s’est retrouvé en confrontation avec les autres membres de cette commission du fait de l’image qu’ils se faisaient de cette communauté grandissante. Ces métropolitains pensent trop souvent à tort que les Français de l’Etranger ont quitté la France, car ils ne s’y sentaient pas bien. Voilà un cheval de bataille de M. Premat : tenter d’apporter une image plus positive à notre communauté.

Dans le même temps, un rapport parlementaire donnait les bienfaits d’Erasmus. Ceci illustre davantage le décalage et l’incompréhension par cette commission quant à notre communauté. Erasmus a permis une internationalisation sans sélection par l’argent, avec des étudiants partis à l’étranger temporairement ou avec un projet de vie.

En France, il semble que la majorité des gens n’a pas compris la réalité du fait migratoire. La plupart n’y voit pas des migrations mais uniquement immigration et émigration. Peu comprennent la chance et ce qu’il y a à gagner à avoir des Français de l’Etranger. En nommant un Secrétaire d’Etat au commerce extérieur, aux Français de l’Etranger et au tourisme, la gauche française montre qu’elle semble avoir compris l’intérêt à avoir des expatriés. Même si cette communauté reste à l’étranger, c’est une formidable chance en termes de relations culturelles et commerciales.

Dans le programme du Parti Socialiste de 2012, se trouvait une idée, importante pour M. Prémat : celle du juste échange plutôt que du libre-échange. L’idée est de corriger les choses en partant de relations commerciales ou culturelles puis la construction sur ces échanges, permettant la création des instituts, des associations de Français de l’Etranger. M. Le Député travaille beaucoup sur cette idée, afin de changer le regard porté, souvent à tort, sur les communautés des Français de l’Etranger.

Toutefois, les problématiques fiscales existent et M. Prémat en est bien conscient.

Un projet pour la circonscription

Ce qui est apparu à M. Prémat est la volonté de construire un projet pour la circonscription en portant un regard global sur les différentes communautés françaises. Il a noté qu’en Europe du Nord, l’idée de Francophonie est encore liée à un espace colonial. Ainsi, M. Premat propose un projet de Francophonie du Nord, pour associer, présenter, valoriser davantage les communautés francophones à l’étranger.

L’objectif est de travailler sur des thématiques communes, en particulier l’éducation qui lui tient à cœur. L’idée serait d’ouvrir davantage les établissements scolaires français à l’étranger aux communautés locales, pas seulement en terme de places, mais aussi en terme d’orientation bilingue (lire sa lettre d’information du mois d’Août). Ainsi, tout projet lié au biculturalisme, au bilinguisme, mais aussi à l’aide au handicap est intéressant, et M. Premat souhaite les soutenir dans la mesure du possible à travers sa réserve parlementaire. Pour le député, éducation signifie coopération, ce qui implique la compréhension des systèmes éducatifs des autres pays, le dialogue avec les autorités locales, mais aussi favoriser tout type de coopération culturelle entre ces pays et la France. Pour cela, il faut trouver des acteurs, tels que le Conseil des Pays Nordiques, qui pourrait être un interlocuteur de l’Organisation Internationale de la Francophonie, des acteurs qui pourrait donner un coup de pouce à cette idée de francophonie dans nos pays, certes un peu exotique ou pour d’autres du passé. Cependant, une francophonie naît dans les pays émergents, une francophonie pour laquelle nous pouvons jouer un rôle de vecteur relationnel.

Pour construire la réponse à cette commission d’enquête sur l’exil des forces vives, exil étant un mot très fortement négatif, le député aimerait proposer des témoignages complets, des portraits de Français d’Europe du Nord, par le biais de 3 questions. Rassembler ses témoignages serait une riposte à cette fausse idée sur les Français de l’Etranger. Cela permettrait de montrer l’atout réel qu’il y a à partir habiter et vivre à l’étranger, que c’est une expérience formidable, et que, même si nous savons que certains cherchent l’exil fiscal, ce n’est pas le cas pour la majorité des expatriés. Comment rester des ambassadeurs de la France à l’étranger si nous ne nous défendons pas, si nous ne montrons pas qui nous sommes réellement? La représentation politique est en place. A nous maintenant de faire comprendre ces communautés à l’étranger à nos compatriotes de la métropole et peut-être identifier des problématiques communes. Cela est d’autant plus important que certains d’entre nous rentreront un jour ! Et ces retours peuvent s’avérer plus compliqués que nous pouvons penser pour des raisons administratives entre autres. Simplifier le retour passe par faire comprendre qui nous sommes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s