Printemps 2022


avril-mai 22: Exercices de simulation
      Après s’être déguisé en ‘de gauche’ sous Hollande, puis avoir fait semblant de se croire ‘du centre’, alors qu’il est réellement de droite, Macron a raconté qu’il arrive ainsi à une neutralisation (« je ne suis ni de gauche, ni de droite »), un fantasme de ‘dépassement des clivages’. Il est vrai que Macron est contemporain de la montée de l’infox (« fake news »). C’est ce qui justifie le fait qu’il nous demande de prendre le faux pour du vrai et de faire semblant de prendre le vrai pour du faux. C’est ainsi qu’il se pose en défenseur de l’environnement en organisant une conférence à Paris, puis dans la foulée, il réautorise l’emploi des glyphosates dans l’agriculture française, et verse une larme de crocodile en apprenant que le jour du dépassement des ressources tombe déjà le 5 mai en 2022. Heureusement pour l’Europe qu’il a été réélu !
      Sous Macron 1, les riches se sont enrichis et les pauvres se sont appauvris, ce qui est normal quand les libéraux sont au pouvoir. Mais dans son discours d’investiture, il promet de nouvelles aumônes pour les pauvres. Il est clair que pour le président de la République, il y a 2 sortes de pauvres: les bons et les mauvais. Les uns, patients, humbles, modestes, acceptant avec reconnaissance la charité que Macron leur distribue avec parcimonie (le RSA se monte à 850 €/mois, ce qui insuffisant pour survivre, mais…); les autres, fainéants, menteurs, ennemis de l’ordre, insoumis, ivrognes et impudiques, qui passent leur temps à se plaindre, revêtus ou non d’un gilet jaune. Des gueux, en somme. Parmi ces derniers, de nombreux chômeurs ou petits retraités, et il est bien connu que l’oisiveté est la mère de tous les vices, comme Sarkosy le disait déjà à son époque. Que triomphe la morale bourgeoise !
      Mais parler des pauvres, relève de l’infox, car depuis que Macron est président, les pauvres n’existent plus en France. Les 5 millions de Français très concernés sont devenus « les plus fragiles », les « ménages aux revenus modestes », etc, dans les statistiques officielles sur la pauvreté. Voir les rapports de l’INSEE et autres instituts à ce sujet. Il est vrai que n’existent plus non plus depuis longtemps l’es miséreux’ et ‘les indigents’.
      Nous voilà donc partis pour Macron 2. Cinq nouvelles années de contestations et de gilets jaunes, résultat des décisions et aussi du style de Macron, si nous lui accordons une large majorité à l’assemblée nationale. Il va falloir retrousser les manches pour éviter au pays ce désastre…

Automne 21: tout pour le peuple ?

        Il y a une semaine, l’élection législative norvégienne a été marquée par une forte poussée des centristes populistes (SP) ainsi que de la gauche. Le parti travailliste aura d’énormes difficultés à former un gouvernement avec les populistes du centre, car ce sera ce qu’on appelle en bon français « un mariage de la carpe et du lapin ». Il faut noter que suite à la montée dans les sondages, de SP, les slogans électoraux ont mis en avant le peuple: «En enklere hverdag for folk flest» (Fremskrittspartiet); «Nær folk i hele Norge» (Senterpartiet); «For de mange, ikke for de få» (SV); «Sammen for et varmere samfunn» (KrF), etc. La Norvège Respatex, les dominés, les marginaux, étaient donc à l’honneur, et tous les partis insistaient sur leur écart avec les élites (académiques et politiques, ie. ceux que Bourdieu appelle ‘la noblesse d’État’), ceux que les Russes appellent la ‘nomenklatura’, et les Américains ‘l’establishment’.
Rappelons que le Norvège, ayant trop peu de ronds-points, n’a pas de gilets jaunes, contrairement à la France, pays comptant autant de giratoires que tout le reste de la CE. Cette année, on approche en France de 1 rond-point pour 1000 habitants, on continue à en construire de nouveaux, on les fleurit et décore richement, ce qui a donné lieu, il y a un an dans Le Monde, à un article intitulé « Les ronds-points, une passion française » (si j’ai bonne mémoire). En Norvège, SP se substitue aux gilets jaunes et aux ronds-points, et a mis le peuple à l’honneur (mais pas les loups, qui ont intérêt à se réfugier rapidement en Suède). A chaque pays son dû…
L’autre fait marquant de cette élection est la défaite des verts (MDG), alors que de l’avis de la plupart des experts, le changement climatique en était devenu en fin de campagne le thème central. C’est pourquoi tous les partis s’étaient déclarés écologistes à quelques jours des élections et que même Høyre avait même brusquement supprimé les avantages fiscaux accordés aux pétroliers. Dans ce contexte porteur, pourquoi le score décevant de MDG ? Je pense que les électeurs ont été effrayés par le discours intransigeant des verts qui répétaient que tous ceux qui ne pensent pas exactement comme eux sont des cons. Pas la moindre trace d’empathie, pas de demi-mesure, rien pour ceux dont la vie deviendrait difficile, tout ou rien et tout de suite !
Cette violence et ce quasi-mépris pour les autres ont fait fuir non seulement les électeurs, mais aussi les autres partis politiques : pas question de gouverner avec les verts, ils sont trop dogmatiques. Comme on pouvait s’y attendre, pas d’auto-critique, ensuite, après la défaite. Ce fait est intéressant quand on pense aux débats parmi les écologistes français entre les ‘pragmatiques’ (appelés ‘réalistes’ en Allemagne) et les ‘radicaux’ (appelés ‘fondamentalistes’ en Allemagne). Les verts norvégiens n’étaient pas prêts à gouverner. J’ai bien peur que les écolos français ne le soient pas, eux non plus. Et on peut observer qu’en France, la gauche, les écolos, ainsi que la droite conservatrice, tous préparent très activement leur défaite aux prochaines élections (et vont générer un fort taux d’abstention). Misère !
Ici, taux d’abstention faible: 77,2% ont voté la semaine dernière, ou par anticipation. Rappelons que le vote anticipé n’existe pas en France, et que l’opposition s’en méfie: cela favoriserait les électeurs aisés (ceux qui partent en week-end et qui votent plutôt Macron). Théorie du complot ? Lutte contre l’abstention ? Ici, on ne vote jamais le dimanche, jour exclusif du Seigneur, ou des queues au retour du chalet.

Articles récents: automne 21 printemps 21 automne 20 automne 19

Soldes de printemps 21

Les Français de Norvège peuvent constater en relevant leur boite au lettres électronique que les élections approchent et que les soldes de printemps battent leur plein. Certains soldent aux électeurs des offres mirobolantes. Pour un prix dérisoire (un seul bulletin de vote), on leur offre des promesses, des formules, et des mots terriblement percutants. Exemples:
1.      Janvier. J’ai reçu, il y a peu, une pub électorale de J-L. Mélenchon. Après avoir remercié de leur soutien ‘les compatriotes de l’étranger’, il expose très brièvement son programme électoral sous le titre « Redonnons le goût du futur à notre peuple » (sic). Je sursaute: « notre peuple » ? Qui se cache derrière ce ‘nous de majesté’, qui parle de « notre peuple » ? Qui possède ce peuple (souverain ?) ? Un Louis XVI insoumis ? Diable, va-t-on revenir, en mai 2021, à l’ancien régime ? Continuer la lecture de Soldes de printemps 21

Remaniements

        2020, année dramatique. Le plus dramatique, de loin, reste la crise économique et sanitaire due au Covid-19, crise qui perdure.
        Beaucoup moins dramatiques ont été les remaniements ministériels en France et en Norvège. Ici, en fin janvier, le départ de l’extrême-droite (FrP) a mis fin à la valse des ministres de la justice (6 en 6 ans), mais le gouvernement Solberg reste solidement ancré bien à droite. Les municipales de septembre 19 avaient montré une légère poussée de la gauche et des écologistes, ainsi que de la Norvège périphérique. Pour bien montrer qu’elle avait entendu le message, Erna Solberg a créé un curieux ministère fourre-tout, avec une responsable ‘de la politique régionale et des relations avec les collectivités territoriales, de la transition électronique, de la protection de la vie privée, et de la politique à l’égard des minorités nationales, auprès du ministère des communes et de la modernisation (« Distrikts- og digitaliseringsministeren har ansvaret for styret av regional- og distriktspolitikk, IT-politikk, elektronisk kommunikasjon, personvern og politikken overfor samer og nasjonale minoriteter i Kommunal- og moderniseringsdepartementet »). Continuer la lecture de Remaniements

Début de campagne

IMG_7254-1        Début octobre 2019, je reçois dans ma boite un courriel de l’ASFE, organisme que je ne connais pas, qui précise : « Vous recevez ce courriel car vous êtes inscrit sur les listes électorales consulaires (actualisées chaque année). Les partis et groupements politiques peuvent en obtenir une copie. » Nous avons donc tous reçu ce courriel. L’ASFE est l’Alliance Solidaire des Français de l’Etranger, et explique dans son courriel qu’elle a un sénateur (en réalité, une femme). Ça y est, on commence à préparer les élections de 2020 ! Super ! Continuer la lecture de Début de campagne

Convention fiscale France- Norvège

fdsOn peut lire sur une des pages du Ministère (MAE): « Renégociations en cours des conventions fiscales avec, en Europe, la Belgique, la Pologne, l’Irlande, les Pays-Bas, la Norvège et, hors Europe, la Zambie, le Malawi, l’Inde, Hong Kong, l’Angola. »

Continuer la lecture de Convention fiscale France- Norvège

Les héritiers

parcoursup-570x321         L’année scolaire 2017 a été marquée par le ‘scandale’ des admissions dans le supérieur: un tirage au sort pour entrer dans les nombreuses filières engorgées de l’université, et un taux d’échec excessif en 1ère année. Bref, le monde politique a découvert la grande misère de l’université française. Continuer la lecture de Les héritiers

Quartiers de noblesse

Il y a un an, à l’occasion de l’élection présidentielle, est ressortie l’expression « la société civile ». Ça a commencé avec Charlotte Marchandise, la rennaise qui a remporté Laprimaire.org. Mais elle n’a pas obtenu ensuite les 500 parrainages nécessaires pour se présenter. L’étiquète « société civile » s’est donc libérée, Macron s’en est emparé plus vite que Mélenchon, il l’a employée à tours de bras pour en faire son label, puis, pour les législatives, il a sorti « issu de la société civile ». Continuer la lecture de Quartiers de noblesse

Le concile de Rjukan n’a pas eu lieu

Fin octobre, le président de l’Assemblée nationale, M. Claude Bartolone, a déploré à propos de l’élection présidentielle à venir « un problème d’incarnation à gauche ». L’irruption du dogme chrétien de l’incarnation dans la campagne, à gauche, m’a fait rêver (et peut-être dérailler, à vous de juger). Continuer la lecture de Le concile de Rjukan n’a pas eu lieu