UVYÆØÅ

VAKTMESTER
     Bien sûr, traduit par ‘concierge’ dans les dictionnaires, mais dans l’inconscient collectif des Norvégiens et des Français, ces deux mots ne recouvrent pas la même réalité, ce qui pose quelques problèmes.
          Le vaktmester est un personnage respecté dans la société norvégienne, c’est un homme, un homme à tout faire qui est diplômé pour ce faire (filière au lycée technique: bygg og anleggsfag, linje for driftsteknikk). Il s’occupe de la chaudière, effectue de menus travaux de plomberie, d’électricité, de réparation et d’entretien des bâtiments dont il a la charge, il déblaie la neige, etc. C’est un technicien habillé en bleu de chauffe (qui est de couleur orange en Norvège) et avec un tournevis ou une clef à molette à la main.
          Il n’a pas grand chose à voir avec un simple portier, et encore moins avec la concierge française, qui est une femme, personnage mythique des immeubles d’antan, qui vivait dans sa loge du rez-de-chaussée de l’immeuble, qui épiait les allées et venues des habitants, leur montait le courrier, colportait les ragots, nettoyait les escaliers (le balai était son principal outil), et sortait les poubelles. Il faut noter que de moins en moins d’immeubles ont une concierge, seule une petite minorité en a encore une en France (surtout à Paris), et on ne peut donc plus ‘laisser les clés chez la concierge’.
          Deux univers différents. Opposition de sexe, de fonction, d’outillage et d’époque dans ces deux images. Pourtant, un bon vaktmester est ‘bavard comme une pipelette’, car s’il doit bien connaitre les bâtiments dont il s’occupe, il doit aussi bien en connaitre les habitants pour faire au mieux son travail. C’est là le seul point de rencontre de ces deux personnages, avec, comme corollaire, leur rôle dans les séries télévisées.
          Problème des mots (et dans notre cas, des traductions) qui vieillissent avec l’évolution de notre société. Que faire ? Traduire par ‘Agent de maintenance du bâtiment’, ce qui est un peu lourd et fait carte de visite ? Par ‘préposé à l’entretien de l’immeuble’, ce qui fait trop administratif ? On gardera « concierge », tout en sachant qu’on sera mal compris, surtout s’il s’agit d’une femme.
Note: ‘Bavard comme une pipelette’: d’après le petit Robert, « 1870, ce mot vient de Pipelet, nom d’un ménage de portiers dans ‘Les mystères de Paris’, d’Eugène Sue. Si vous n’avez pas encore lu ce grand roman du XIXe, lisez-le vite: super roman de gare socialiste comme on n’en fait plus.
aller à: lexique: ABCD | lexique: EFGHI | lexique: JKLMN | lexique: OPQRS | Tests pour trier les bons étrangers |